Risques naturels : Séisme du 21 juin 2019 localisé entre Vihiers et Doué-la-Fontaine (49).

Le séisme survenu le 21 juin 2019 à 8h51 (heures locales) a été largement ressenti de Rennes à La Rochelle et de Tours à Poitiers, ainsi qu’à Caen et Bordeaux !

Le séisme du 21 juin 2019 s’est produit à 8h51 locales (6h50 TU).
Son épicentre (la projection à la surface du sol de la source   profonde) se situe dans le département du Maine-et-Loire, entre Vihiers et Doué-La-Fontaine, à environ 35 km à l’est de Cholet (85). Les coordonnées de l’épicentre sont 47.1505°N en latitude et 0.3367°W en longitude.

La magnitude été évaluée par le RéNaSS à 5,1. À midi, deux répliques avaient été enregistrées à 8h59 et 9h29 locales.

Estimation régionale des intensités produites par le séisme du 21 juin 2019 (source : http://www.franceseisme.fr/affiche_shakemap.php?IdSei=889) "
Estimation régionale des intensités produites par le séisme du 21 juin 2019 (source : http://www.franceseisme.fr/affiche_shakemap.php?IdSei=889)

Les effets du séisme ont été ressentis dans un cercle de plus de 220 km de rayon autour de l’épicentre ! Les intensités (c’est-à-dire les effets ressentis par la population et sous forme de témoignages sur le site http://www.franceseisme.fr) vont de II à III, exceptionnellement IV. Ces intensités qui restent relativement faibles à l’épicentre ainsi que la zone de perception très large du phénomène s’expliquent par la profondeur importante du foyer (17 km).

Carte des témoignages d'intensité du séisme du 21 juin 2019 (source : http://www.franceseisme.fr/nseisme.php?IdSei=889)"
Carte des témoignages d’intensité du séisme du 21 juin 2019 (source : http://www.franceseisme.fr/nseisme.php?IdSei=889)

Historiquement, cette zone sud-armoricaine est caractérisée par une sismicité modérée, avec néanmoins quelques événements sismiques significatifs, comme l’atteste la base de données des séismes historiques SISFRANCE (BRGM/EDF/IRSN, 2014) :

  • Le séisme de Noirmoutier du 25 janvier 1799, d’intensité épicentrale VII-VIII et de magnitude Mw estimée à 6.2 (Stucchi et al., 2012) ;
  • Le séisme de Parthenay du 9 janvier 1772, d’intensité épicentrale VII-VIII et de magnitude Mw estimée à 5.2 (Stucchi et al., 2012) ;
  • Le séisme de Loudun du 6 octobre 1711, d’intensité épicentrale VII-VIII et de magnitude Mw estimée à 5.8 (Stucchi et al., 2012) ;
  • Le séisme de Langeais du 7 septembre 1706, d’intensité épicentrale VII et de magnitude Mw estimée à 4.9 (Stucchi et al., 2012).

Plus récemment, on se souvient du séisme de Chinon du 2 mai 2016 (M4.2 d’intensité épicentrale V) et du séisme de Fontenay-le-Comte du 12 février 2018 (M4.8 d’intensité épicenrale V).
La sismicité enregistrée depuis 1962 reste diffuse sur cette région (Voir la carte en fin d’article).

La profondeur de 17 km du foyer du séisme correspondrait à une rupture sur des failles anciennes du Massif armoricain ; ces failles s’étendent de la Bretagne au Massif central sous la couverture sédimentaire du seuil du Poitou. Ces cassures très anciennes sont régulièrement bousculées par la tectonique actuelle, principalement liée à la dérive vers le nord de la plaque Afrique vers la plaque Eurasie.

Carte de la sismicité enregistrée en France métropolitaine de 1962 à 2018 (source : http://www.franceseisme.fr/sismicite.html) - PNG - 1.9 Mo
Carte de la sismicité enregistrée en France métropolitaine de 1962 à 2018 (source : http://www.franceseisme.fr/sismicite.html)

Revenir en haut

Actualités