Le réseau de suivi de la qualité des eaux souterraines

En Poitou-Charentes, les eaux souterraines   sont dans beaucoup de cas très dégradées par les activités de surface, induisant une forte problématique notamment pour l’alimentation en eau potable   ; D’où la mise en place en 2001 du réseau de suivi de la qualité des nappes   qui permet de disposer de données d’analyse et de synthèses annuelles.

Cliquer ici pour accéder aux données de chaque point du réseau
(accès par mot-de-passe à demander au BRGM Poitou-Charentes : 05 49 38 15 38)

Sommaire de l’article :

Présentation du réseau régional

Dans la région Poitou-Charentes, une dégradation de la qualité de certaines nappes   d’eaux souterraines   a été constatée au cours des trente dernières années. La cause de cette dégradation est le développement des activités humaines et notamment de l’activité agricole intensive. Ce phénomène se traduit par des teneurs en nitrates   et en produits phytosanitaires au-dessus du seuil de potabilité.

Par ailleurs, la présence de certains éléments d’origine naturelle avec des teneurs élevées par rapport aux normes pour l’usage « eau potable » est constatée.

Avant la mise en place du Réseau régional Poitou-Charentes en 2001, généralement seuls les contrôles sanitaires pour l’alimentation en eau potable   (AEP  ) permettaient d’observer la qualité des eaux souterraines  . Or ces suivis ne sont représentatifs que de l’état qualitatif d’une partie de la ressource, car ils s’intéressent en priorité aux eaux distribuées qui satisfont qualitativement et quantitativement les besoins AEP  . Par exemple, le suivi des captages AEP   abandonnées pour des teneurs en nitrates   supérieures à la limite de potabilité (50 mg/l) est arrêté. Ces contrôles sanitaires n’apportent donc qu’un échantillonnage partiel des eaux souterraines   et conduisent à un état des lieux plutôt « optimiste » dans la mesure où les captages contaminés à problèmes qualitatifs sont abandonnés.

Depuis 2001, la mise en place du Réseau régional de suivi de la qualité des nappes   permet de :

Collecter à pas de temps régulier des échantillons d’eau souterraine pour analyses et de révéler une image de la qualité de l’eau et par la même occasion identifier les pollutions,

• Contribuer à orienter en conséquence les politiques de préservation de la qualité ou de la restauration sur le moyen ou le long terme,

Juger de l’efficacité des politiques mises en œuvre en les réajustant si nécessaire.

Avec le Contrat de Plan 2000-2006 signé entre l’Etat et la Région, le BRGM Poitou-Charentes a été missionné pour mettre en place ce réseau régional de suivi et pour assister le maître d’ouvrage pour la gestion de ce réseau, l’interprétation et la synthèse des résultats. Dans le cadre du nouveau Contrat de Projet Etat-Région 2007 – 2013, cette mission a été reconduite avec les mêmes partenaires mais en intégrant plus étroitement les objectifs de la Directive   Cadre sur l’Eau (DCE).

Depuis 2001 jusqu’en 2011, cette opération a été sous Maîtrise d’Ouvrage de la Région Poitou-Charentes mais ce dernier a souhaité abandonner ce rôle. Aussi, en 2012, le BRGM a repris provisoirement cette Maîtrise d’Ouvrage pour assurer la continuité du réseau et se laisser le temps de trouver une solution ; ce qui n’a pas été le cas. A partir de 2013 une partie des points suivis sera donc abandonnée ainsi que 2/3 des analyses. Il ne subsistera que les réseaux Loire-Bretagne et Adour-Garonne dans le cadre de la DCE.

L’originalité de ce réseau était en effet d’être fédérateur et de donner une vision régionale de la qualité des eaux souterraines  . De plus, devant la forte problématique qualité, il permettait de suivre une grande quantité de molécules phytosanitaires avec une périodicité des analyses bien plus dense que dans le strict cadre DCE.

Le BRGM s’appuie sur les compétences de la Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles (FREDON) pour l’interprétation des analyses de pesticides et pour l’actualisation du choix des molécules à analyser.

Les prélèvements et les analyses font l’objet d’une convention parallèle avec des prestataires choisis par appel d’offres.

Carte des points du réseau de suivi de la qualité des nappes"
Carte des points du réseau de suivi de la qualité des nappes

Les points du réseau

Depuis 2009, le réseau régional comprend 107 points :

• 47 points se localisent dans le bassin   Loire-Bretagne,

• 60 points sont dans le bassin   Adour-Garonne.

Ce réseau est fédérateur dans la mesure où il regroupe des points suivis dans des cadres différents. En effet, on distingue les objectifs suivants :

  • RCS : Réseau de Contrôle de Surveillance - fourni une image cohérente et globale de l’état chimique des eaux souterraines   de chaque district hydrographique et permet de détecter la présence de tendances à la hausse à long terme de la pollution induite par l’activité anthropogénique (Cahier des charges pour l’évolution des réseaux de surveillance des eaux souterraines   en France, 2005).
  • RCO  : Réseau de Contrôle Opérationnel - (programme défini suivant les résultats de la caractérisation des masses d’eau et du programme de contrôle de surveillance) permet « d’établir l’état chimique de toutes les masses d’eau ou groupes de masses d’eau souterraine recensées comme courant un risque, établir la présence de toute tendance à la hausse à long terme de la concentration d’un quelconque polluant suite à l’activité anthropogénique » et informer dès renversement de ces tendances à la hausse (Cahier des charges pour l’évolution des réseaux de surveillance des eaux souterraines   en France, 2005).
  • POC : Réseau complémentaire permettant de suivre des problèmatiques régionales plus locales.

Un même point peut appartenir à ces trois types avec par exemple des analyses réalisées pour répondre aux objectifs de la DCE (RCO et RCS) complétées par des analyses supplémentaires spécifiques au réseau régional.

La carte des points de prélèvements ci-dessus présente les principales caractéristiques du réseau (type de nappe   (libre, captif ou karstique  ), aquifère   global capté et numéro d’ordre du point dans le réseau).

Le réseau régional est constitué de points AEP   en activité, suivis également par l’Agence Régionale de Santé (ARS) dans un objectif sanitaire, d’anciens points AEP   abandonnés (en l’absence d’équipement opérationnel, l’eau est pompée suffisamment longtemps de façon à obtenir un échantillon représentatif et la stabilisation des paramètres), de points d’eau industrielle ou de particulier.

Liste des points classés par commune -  PDF - 133 ko"
Liste des points classés par commune


Liste des points classés par numéro croissant -  PDF - 133 ko"
Liste des points classés par numéro croissant

Les analyses réalisées en 2011

Les mesures in situ

Les paramètres mesurés sur le terrain sont : conductivité, oxygène dissous, pH, potentiel REDOX, TAC, température.

Ces mesures sont complétées par des observations consignées dans le bordereau de prélèvement  . Les prélèvements sont réalisés après constat de la stabilisation des différents paramètres mesurés in situ et après pompage dans le cas d’ouvrages non équipés. Pour ces derniers, le temps de stabilisation peut aller de 30 minutes à plusieurs heures pour les ouvrages non (ou plus) exploités qui nécessitent un pompage plus long.

Un contrôle des teneurs en chlore permet de s’assurer que les échantillons prélevés correspondent bien à une eau non-traitée.

Les analyses hors phytosanitaires en laboratoire

Les analyses réalisées en laboratoire hors paramètres pesticides sont présentées dans le tableau ci-dessous.

Tableau des paramètres recherchés hors phytosanitaires"
Tableau des paramètres recherchés hors phytosanitaires

Les analyses des phytosanitaires

La liste des pesticides du tableau ci-dessous présente les 69 molécules analysées pendant toutes les campagnes pour les points libres et karstiques  . La recherche de ces molécules a été supprimée pour la majorité des points des nappes   captives depuis 2007, car aucun pesticide n’avait été trouvé depuis 2001 (teneurs inférieures au seuil de quantification).

L’évolution rapide de la législation et des pratiques nécessite une recherche assez large des pesticides. Pour cette même raison, cette liste est actualisée tous les ans en fonction de ces évolutions. A l’inverse, compte-tenu des temps de transfert vers les eaux souterraines  , les substances qui ne sont plus autorisées sont maintenues dans le suivi.

En 2012, le nombre de paramètres recherchés a considérablement augmenté puisqu’il a dépassé 200 molécules. En effet, la gamme des molécules utilisées s’accroît chaqu’année. De plus chaque molécule se dégrade en plusieurs molécules filles qui elle-mêmes peuvent aussi se dégrader.

Tableau des molécules phytosanitaires recherchées en 2011"
Tableau des molécules phytosanitaires recherchées en 2011

Fréquence des prélèvements

On distingue les points de type « karstique  ’ sur lesquels sont faits 8 prélèvements par an (10 jusqu’en 2009), les points »libres" avec 4 prélèvements par an et les points en nappe   captive avec 2 prélèvements par an (hautes et basses eaux). Ces fréquences sont fonction de la rapidité des transferts souterrains (et donc des transferts des polluants), les circualtions dans les conduits karstiques   se faisant plus rapidement que dans un milieu à porosité   de matrice ou de fissures.

Dans le cadre de la DCE, ces fréquences sont réduites à 2 prélèvements par an pour les points « karstiques   » et « libres », et à 1 prélèvements pour les points « captifs ».

Les analyses sont stockées dans la base ADES (www.ades.eaufrance.fr) avec une périodicité de 6 mois environ.

Nombre d'analyses stockées en base (ADES) depuis l'origine du réseau"
Nombre d’analyses stockées en base (ADES) depuis l’origine du réseau

Documents à télécharger

Revenir en haut