Glossaire

AEP / A.E.P. / Alimentation en Eau potable

Eau propre à la consommation, ne contenant aucun germe pathogène. L’eau prélevée directement dans le sol ne peut pas toujours être bue telle que. Elle doit être contrôlée et éventuellement purifiée avant d’être distribuée chez l’usager. Ses caractéristiques sont définies par la directive   européenne de 1998, reprise en droit français.
Source   : d’après Agence de l’eau Adour-Garonne

Abaissement de nappe

Baisse durable ou temporaire du niveau piézométrique   d’une nappe   phréatique, due à une modification naturelle ou artificielle de son alimentation ou des prélèvements effectués.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Accès Grand public et Scolaire

Accès à des documents pédagogiques et à l’Atlas des itinéraires hydrogéologiques

Affaissement piézométrique

Baisse temporaire ou non du niveau piézométrique   d’une nappe   du fait de modification naturelle ou artificielle (prélèvement  , diminution de l’alimentation, mise en communication des aquifères  ).
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Affleurement

Partie d’une couche géologique visible en surface.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Affleurement / Affleurements

Partie visible en surface d’un terrain géologique

Alimentation artificielle de nappe

Action de l’homme consistant à apporter de l’eau à une réserve aquifère   souterraine. L’alimentation artificielle d’une nappe   peut servir à régulariser les ressources en eau en la stockant, à épurer des eaux usées ou à reconstituer des nappes   déprimées (en volume ou en pression) par l’exploitation, mais également à limiter ou repousser les intrusions salines dans les nappes   littorales afin d’assurer la pérennité de leur qualité. Elle s’effectue par infiltration   à partir d’ouvrages de surface (bassins, fossés) ou par injection par des forages et des puits.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Alimentation d’une nappe

Au sens hydrogéologique, volume d’eau alimentant une nappe   souterraine sur une durée donnée. Ce sont principalement les précipitations qui alimentent les eaux souterraines   Les nappes   libres se rechargent assez rapidement à chaque épisode pluvieux. La remontée des niveaux d’eau et les épisodes pluvieux s’observent sur une courbe piézométrique  . La réalimentation des nappes   intervient juste après la saturation des sols en eau, par infiltration   directe des eaux de pluies au niveau des zones d’affleurement  . La recharge   d’un aquifère   captif est par contre beaucoup plus lente. Les épisodes pluvieux ne sont pas ou peu visibles sur la courbe piézométrique  . La remontée des niveaux est fonction de l’éloignement de l’affleurement   (temps plus long de transport dans le sol et les roches), des échanges locaux entre nappes  , etc.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Alimentation en eau potable

Ensemble des équipements, des services et des actions qui permettent, en partant d’une eau brute, de produire une eau conforme aux normes de potabilité en vigueur, distribuée ensuite aux consommateurs. On considère 5 étapes distinctes dans cette alimentation : prélèvements, captages, traitement pour potabiliser l’eau, adduction (transport et stockage), et distribution au consommateur.
Glossaire sur l’eau - 27-07-2016

Voir sur eaufrance
Anticlinal

Se dit d’un pli convexe vers le haut dont le cœur est formé des couches les plus anciennes.

Aquifère / Aquifères

Corps de roches perméables comportant une zone saturée –ensemble du milieu solide et de l’eau contenue- suffisamment conducteur d’eau souterraine pour permettre l’écoulement d’une nappe   souterraine et le captage   d’une quantité d’eau appréciables. Un aquifère   peut comporter une zone non saturée  .

Aquifère captif

Aquifère   entièrement saturé comportant une nappe   captive délimité au toit par des formations à perméabilité   très faible faisant obstacle à tout flux appréciable.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Aquifère côtier

Aquifère   dont une des limites est constituée par la mer. De ce fait, le niveau de l’aquifère  , à cette limite, est imposé par celui de la mer. Il s’ensuit que si en général les eaux douces des aquifères   côtiers s’écoulent dans la mer, des eaux salées peuvent s’introduire dans l’aquifère   en fonction des variations de charges au sein de l’aquifère   (état naturel ou surexploitation des nappes   côtières).
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Aquifère libre

Aquifère   comportant une surface libre et une zone non saturée  .
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Banc / Bancs

Couche(s) géologique(s)

Barrage souterrain

Système de retenue des eaux souterraines   construits en travers des chenaux d’eau souterrains. Les barrages souterrains sont construits dans le sous-sol. Ils stockent l’eau dans des formations géologiques, retiennent l’eau souterraine et nécessitent des installations de pompage pour rendre l’eau utilisable.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Bassin / Bassin sédimentaire

Espace naturel qui s’est rempli de sédiments, issus de l’érosion des massifs montagneux environnants. Les phases de dépôts de sédiments varient en fonction des périodes géologiques.

Bassin hydrogéologique

Aire de collecte considérée à partir d’un exutoire ou d’un ensemble d’exutoires, limitée par le contour à l’intérieur duquel se rassemblent les eaux qui s’écoulent en souterrain vers cette sortie. La limite est la ligne de partage des eaux souterraines  .
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Bassin hydrographique / Bassins hydrographiques

Circonscription hydrographique française la plus grande en matière de planification et de gestion de l’eau. C’est à l’échelle du bassin   ou du groupement de bassins qu’est élaboré le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) et son programme de mesures. C’est à cette échelle qu’opèrent les grands acteurs de la gestion de l’eau que sont les comités de bassin  , les préfets coordonnateurs de bassin   et les délégations de bassin  , ainsi que les agences de l’eau. Il existe quatorze bassins ou groupements de bassins en France.
Source   : d’après Ministère chargé de l’environnement et Onema

Bassin sédimentaire

Portion de croûte terrestre sur laquelle s’est déposée, ou se déposent encore, de nombreuses couches de sédiments, produits de l’altération de roches préexistantes. Au cours du temps, l’accumulation importante de sédiments entraîne l’enfoncement de la zone de dépôt, et permet l’amoncellement de nouvelles couches formant alors un bassin   sédimentaire.
Glossaire sur l’eau - 21-07-2015

Voir sur eaufrance
Bassin versant

Surface d’alimentation d’un cours d’eau ou d’un plan d’eau. Le bassin   versant se définit comme l’aire de collecte des eaux, considérée à partir d’un exutoire : elle est limitée par le contour à l’intérieur duquel toutes les eaux s’écoulent en surface et en souterrain vers cet exutoire. Ses limites sont les lignes de partage des eaux.
Glossaire sur l’eau - 26-09-2017

Voir sur eaufrance
Bilan hydrologique

Bilan d’évolution des ressources en eau (les débits des cours d’eau, le niveau de nappes  , les pluies efficaces) d’un territoire (par exemple un bassin   versant) basé sur des informations météorologiques, piézométriques ou encore hydrologiques.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Bioclaste / Bioclastes / Bioclastique / Bioclastiques

Bioclaste   : dans une roche, tout élément fossile souvent carbonaté, entier ou en fragment, d’origine animale ou végétale, ayant été transporté ou non.
Bioclastique   : s’applique aux sédiments formés pour une bonne part de bioclastes  .

Biseau salé

Partie d’un aquifère   côtier envahi par de l’eau salée (généralement marine) comprise entre la base de l’aquifère   et une interface eau douce - eau salée, le coin d’eau salée étant sous l’eau douce. L’apparition d’un biseau salé  , au-delà d’une position naturelle de faible pénétration, est le plus souvent la conséquence de la surexploitation de l’aquifère  .
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Butte témoin

Colline constituée par un reste de couche géologique dure, couche qui protège généralement des formations tendres moins attaquées par l’érosion que les formations des alentours.

Calcarénite

Roche sédimentaire essentiellement calcaire formée en majorité d’éléments très fins (microgalets, intraclastes  , bioclastes  ).

Captage

Dispositif par lequel on puise (source  , sous-sol, rivière) l’eau nécessaire à un usage donné.
Glossaire sur l’eau - 27-07-2016

Voir sur eaufrance
Carte communale

Document d’urbanisme simplifié dont peut se doter une commune qui ne dispose pas d’un plan local d’urbanisme (PLU  ) ou d’un document en tenant lieu, la carte communale   détermine les modalités d’application des règles générales du règlement national d’urbanisme, et est définie aux articles L. 124-1 et suivants, R. 124-1 et suivants du Code de l’urbanisme. Elle peut concerner tout ou partie du territoire communal. Elle peut également être élaborée au niveau d’une structure intercommunale. Les cartes communales doivent être compatibles ou rendus compatibles, dans un délai de trois ans, avec les orientations fondamentales d’une gestion équilibrée de la ressource en eau et les objectifs de qualité et de quantité des eaux définis par les schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) ainsi qu’avec les objectifs de protection définis par les schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE).
Source   : d’après Ministère chargé de l’environnement

Champ captant

Zone englobant un ensemble d’ouvrages de captages prélevant l’eau souterraine d’une même nappe  .
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Champ d’épandage

Zone recevant, par un réseau de canalisations enterrées, les eaux clarifiées sortant d’une fosse toutes-eaux et présentant des conditions favorables à l’épuration et l’évacuation des eaux épurées vers les couches plus profondes du sous-sol.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Chronique piézométrique

La chronique piézométrique   est le recueil de l’évolution dans le temps du niveau de la nappe   surveillée ou niveau piézométrique   (cf. niveau piézométrique  ). Elle est constituée de mesures qui associent, à une date donnée, le niveau de la nappe   à cet instant là. En fonction de la variabilité du niveau de la nappe  , les mesures sont plus ou moins rapprochées dans le temps. Les mesures obtenues sont positives ou négatives vis à vis du repère de mesure : elles sont positives lorsque le niveau de la nappe   est inférieur à celui du repère de mesure (cas les plus fréquents) et négatives dans le cas inverse (puits artésiens). Artésien : un forage est artésien quand l’eau est jaillissante. Une chronique est représentée par une courbe qui est discrétisée pour être mémorisée en une succession de points, chaque point représentant un niveau de la nappe   à un instant donné. Les points sont chaînés les uns aux autres à l’aide d’un code qui indique si un point est lié au point qui le précède dans le temps. Si le point n’est pas lié, il constitue alors le point initial d’une nouvelle partie de la chronique. La présence d’un point initial caractérise aussi l’absence d’information sur le niveau de la nappe   pour la période qui le sépare du point précédent.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Code BSS

Code national de la Banque du Sous-Sol (BSS) attribué par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) aux ouvrages souterrains notamment aux captages d’eau. Etabli selon le principe du positionnement du point sur une carte géologique au 1/50.000, le code BSS   est de la forme suivante : 08035X0398/F. Les caractéristiques qui lui sont associées (coordonnées géographiques, profondeur et coupe géologique) permettent ensuite de localiser précisément chaque captage   et d’identifier la nappe   captée.
Glossaire sur l’eau - 22-07-2016

Voir sur eaufrance
Colluvion / Colluvions

Dépôt de bas de pente, relativement fin et dont les éléments on subi un faible transport à la différence des alluvions. [Dictionnaire de géologie. A. Foucault et J.F. Raoult. Masson]

Contrôle de la qualité des eaux souterraines

Vérification réalisée sur la qualité des eaux souterraines   portant sur leur conformité à des exigences réglementaires ou des caractéristiques spécifiques et s’appuyant sur des procédures préalablement établies (méthodes de prélèvement  , analytiques,…).
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Côte NGF

Altitude déterminée par rapport au niveau de référence français.

Cote d’une nappe

Niveau d’une nappe   d’eau souterraine.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Cote de la chronique piézométrique

Cote définie soit en cote NGF (Nivellement Général de la France), soit en profondeur relative. La cote NGF, établie sous le contrôle de l’Institut Géographique National (IGN), est la référence. Le NGF permet en effet l’expression des altitudes dans un même et unique système de référence, c’est-à-dire par rapport au même et unique point fondamental (ou « zéro origine »). Le niveau « 0 » correspond au niveau moyen de la mer à Marseille. Ce point permet de déterminer l’altitude de tout autre point. L’expression de la cote des chroniques du piézomètre   peut également s’exprimer en profondeur relative vis à vis du repère du point d’eau. Chaque point d’eau possède en effet deux points remarquables principaux : le repère du point d’eau (repère de mesure par rapport auquel est établi le niveau de la nappe   au droit du point d’eau - bord du tubage du forage, margelle de puits, ponton sur une gravière, …) et les références altimétriques, qui permettent de croiser les mesures obtenues sur plusieurs points d’eau afin de connaître l’état du niveau de la nappe   sur toute sa surface (trois localisations peuvent être utilisées comme référence altimétrique : le rebord supérieur du socle (margelle), le sol au pied du point d’eau (sol) ou le repère de mesure directement - rebord du tube).
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Crête piézométrique

Ligne de partage des eaux souterraines  . Ligne à flux nul (pas d’écoulement) séparant deux bassins hydrogéologiques limitrophes. De chaque côté de cette crête, les valeurs de la piézométrie   mesurée (voir ce terme) sont inférieures à celles mesurées (ou estimées) sur la crête.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Crête piézométrique

Ligne de partage des eaux d’une nappe  .

Déclaration d’utilité publique

Acte administratif reconnaissant le caractère d’utilité publique à une opération projetée par une personne publique ou pour son compte, après avoir recueilli l’avis de la population à l’issue d’une enquête d’utilité publique. La déclaration d’utilité publique (DUP) est en particulier la condition préalable à une expropriation (pour cause d’utilité publique) qui serait rendue nécessaire pour la poursuite de l’opération.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Décontamination de nappe

Action visant à éliminer une pollution de l’eau souterraine. Une décontamination de nappe   peut se faire par différentes approches (physiques, chimiques ou biologiques), in situ (directement sous terre) ou ex situ (pompage, traitement puis réinjection de l’eau).
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Détritique / Détritiques

Roches détritiques   : roches sédimentaires composées à 50% au moins de débris.

Diagenèse

Ensemble des processus qui affectent un dépôt sédimentaire et le transforment progressivement en roche sédimentaire solide. La diagenèse   commence dès le dépôt du sédiment. [Dictionnaire de géologie. A. Foucault et J.F. Raoult. Masson]

Directive

Acte juridique adressé aux Etats membres de l’Union européenne, qui fixe des objectifs sans prescrire par quels moyens ces objectifs doivent être atteints. Les Etats destinataires ont donc une obligation quant au résultat, mais sont laissés libres quant aux moyens à mettre en œuvre pour y parvenir. A l’initiative de la Commission européenne, la Cour de justice des communautés européennes peut sanctionner les Etats qui ne respecteraient pas leurs obligations.
Source   : d’après Agence de l’eau Rhin-Meuse

Directive Eaux souterraines

Directive   fille 2006/118/CE du 12 décembre 2006 concernant la protection des eaux souterraines   tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif. Elle vise à établir des critères pour l’évaluation du bon état chimique des eaux souterraines  . La définition de ce bon état repose, d’une part, sur l’existence de normes de qualité communautaires (pour les nitrates  , pesticides et biocides) et, d’autre part, sur l’identification des polluants et de leurs valeurs seuils caractérisant les masses d’eaux souterraines   dites « à risque ».
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Directive cadre sur l’eau

Directive   2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau, communément appelée directive   cadre sur l’eau (DCE). Elle fixe des objectifs environnementaux et des échéances pour améliorer l’état écologique et l’état chimique des masses d’eau de surface ainsi que l’état quantitatif et l’état chimique des masses d’eau souterraine. Certaines masses d’eau, créées par l’activité humaine ou fondamentalement modifiées dans leurs caractéristiques par l’activité humaine, peuvent être désignées comme respectivement masses d’eau artificielles (MEA) ou masses d’eau fortement modifiées (MEFM). Dans ce cas, leurs caractéristiques et leur fonctionnement écologiques sont décrits par un potentiel écologique. La DCE fixe en particulier l’objectif général d’atteindre le « bon état » ou le « bon potentiel » des masses d’eau d’ici 2015, et établit une procédure de planification à cette fin. Suivant des cycles de gestion de six ans (2010-2015, 2016-2021, 2022-2027…) et au sein de chaque bassin   ou groupement de bassins, un état des lieux doit être réalisé, un programme de surveillance doit être défini, une participation du public doit être assurée dans le cadre de l’élaboration du calendrier, du programme de travail et de la synthèse provisoire des questions importantes, ainsi que des projets de plans de gestion (qui sont inclus dans un SDAGE) et de programmes de mesures. Dans une logique de développement durable, les considérations économiques ont été explicitement prises en compte dans la directive  . Ainsi, des exemptions sont prévues à l’atteinte du bon état et du bon potentiel d’ici 2015, qui peuvent être justifiées notamment par des coûts disproportionnés. Il doit, de plus, être fait état des mesures prises en matière de tarification de l’eau et de récupération des coûts des services de l’eau.
Glossaire sur l’eau - 13-02-2017

Voir sur eaufrance
Discontinuité sédimentaire

Manque de continuité entre des couches sédimentaires, absence de dépôt due à l’érosion ou non.

Discordance

Une couche repose en discordance   quand sa base parait recouper la couche précédente, c’est-à-dire qu’une phase d’érosion ou de plissement sépare le dépôt des deux couches.

Source   : Dictionnaire des Sciences de la Terre.
Par Magdeleine Moureau,Gerald Brace

Dolomite / Dolomie / Dolomies / Dolomitique / Dolomitiques

Dolomite   : Carbonate double de calcium et de magnésium (Ca, Mg) (CO3)2
Dolomie   : Roche sédimentaire carbonatée contenant 50% ou plus de carbonate, dont la moitié au moins sous forme de dolomite  .
Les dolomies   ne font pas effervescences à froid avec un acide dilué (HCl à 10%) ce qui les différencie des calcaires. [Dictionnaire de géologie. A. Foucault et J.F. Raoult. Masson]
Calcaire dolomitique   : mélange de calcaire et de dolomite  .

Domaine hydrogéologique

Champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères   pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d’un domaine hydrogéologique   ne sont pas nécessairement définies.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Eaux souterraines

Toutes les eaux se trouvant sous la surface du sol en contact direct avec le sol ou le sous-sol et qui transitent plus ou moins rapidement (jour, mois, année, siècle, millénaire) dans les fissures et les pores du sol en milieu saturé ou non.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Echange nappe rivière

Echange d’eau dans un sens ou dans l’autre entre une nappe   et un cours d’eau. Suivant le niveau de la ligne d’eau, et les saisons, la nappe   alimente le cours d’eau ou est alimentée par celui-ci, notamment lors des inondations. Dans le cas de karst   ces relations sont importantes et localisées.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Emmagasinement

Contenance en eau gravitaire d’un aquifère   : c’est le rapport du volume d’eau libérée par unité de surface d’aquifère  , à la variation de charge hydraulique correspondante. Quand la nappe   est libre, l’eau récupérable par gravité est très proche de la porosité   efficace. Quand la nappe   est captive, l’eau qui peut-être libérée ne provient pas de la vidange des pores mais de la décompression de la roche et de l’eau contenue dans celle-ci.

Entité hydrogéologique

Nom générique qui représente un regroupement de systèmes aquifères   et de domaines hydrogéologiques.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Eponte / Epontes

Couche(s) encaissante(s) située(s) au-dessus (toit) ou au-dessous (mur) d’un aquifère  .

Équilibre quantitatif d’une masse d’eau souterraine

Se dit atteint lorsque le taux annuel moyen de captage   à long terme ne dépasse pas la ressource disponible de la masse d’eau souterraine.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Etiage

Période de plus basses eaux des cours d’eau et des nappes   souterraines (généralement l’été pour les régimes pluviaux).
Glossaire sur l’eau - 13-02-2017

Voir sur eaufrance
Faciès

Ensemble des caractères lithologiques et paléontologiques qui définissent un dépôts et en indiquent les conditions de formation ; ensemble des caractéristiques des roches formées dans un milieu particulier.
[source   :Dictionnaire des Sciences de la Terre. Par Magdeleine Moureau,Gerald Brace]

Fond géochimique naturel

Concentration naturelle en un élément, en un composé ou en une substance dans un milieu donné, en l’absence de tout apport extérieur spécifique, tel que l’activité humaine.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Gélifraction

Fragmentation d’une roche sous l’effet du gel.

Gestion équilibrée et durable de la ressource en eau

Selon la Loi   sur l’eau de 1992, gestion visant à assurer la préservation des écosystèmes aquatiques, des sites et des zones humides, la protection contre les pollutions et la restauration de la qualité des eaux (…), le développement et la protection de la ressource en eau, la valorisation de l’eau comme ressource économique et la répartition de cette ressource, et ce de façon à concilier et à satisfaire les différents usages, activités ou travaux liés à l’eau.
Source   : d’après Ministère chargé de l’environnement et Onema

Gradient

Différence de charges hydrauliques entre deux points d’un aquifère   par unité de distance, selon une direction donnée. C’est une différence de potentiel par unité de longueur, sans unité.

Granulométrie

Répartition des éléments d’une roche détritique   (grains) selon leur taille. Etude de cette répartition. [Dictionnaire de géologie. A. Foucault et J.F. Raoult. Masson]

Hauteur piézométrique

Hauteur de la colonne liquide statique équilibrant la pression hydrostatique, en un point de l’aquifère  . Quand on rapporte cette hauteur à un plan de référence, on parle de charge hydraulique (en mètre).

Hydraulique souterraine

Branche de l’hydraulique qui étudie mathématiquement l’écoulement gravitaire naturel (d’une nappe  ) ou provoqué (par drainage ou pompage, par exemple) de l’eau souterraine libre dans les milieux perméables, sous l’effet d’un gradient   de charge ou de pression.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Hydrogéologie

Science des eaux souterraines  , comprise dans les sciences de la Terre. L’hydrogéologie   réunit la connaissance des conditions géologiques et hydrologiques et des lois physiques qui régissent l’origine, la présence, les mouvements et les propriétés des eaux souterraines  , ainsi que les applications de ces connaissances aux actions humaines sur les eaux souterraines  , notamment à leur prospection, à leur captage   et à leur protection.
Glossaire sur l’eau - 01-08-2016

Voir sur eaufrance
Hydrosphère

Ensemble des eaux de la planète, comprenant aussi bien les océans, les mers, les lacs et les cours d’eau que les eaux souterraines   et les glaces.
Glossaire sur l’eau - 01-08-2016

Voir sur eaufrance
Infiltration

Quantité d’eau franchissant la surface du sol. Le phénomène d’infiltration   permet de renouveler les stocks d’eau souterraine et d’entretenir le débit de l’écoulement souterrain dans les formations hydrogéologiques perméables du sous-sol. Par comparaison avec l’écoulement de surface, l’écoulement souterrain peut être lent, différé et de longue durée (quelques heures à plusieurs milliers d’années).
Glossaire sur l’eau - 14-02-2017

Voir sur eaufrance
Infiltration

Quantité d’eau infiltrée depuis la surface du sol, qui traverse la zone non-saturée et parvient effectivement à la zone saturée

Infiltration efficace

Quantité d’eau infiltrée (provenant principalement des précipitations) parvenant jusqu’à la nappe   et contribuant à l’alimentation de celle-ci. L’infiltration   efficace est parfois exprimée en pourcentage par rapport à la quantité d’eau reçue en surface pendant la durée de référence.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Interstratification/interstratifications

Couche de roche intercalée entre des couches de roches d’autres natures.
[Source   : Dictionnaire des Sciences de la Terre. Par Magdeleine Moureau,Gerald Brace]

Intraclaste / intraclastes

Fragment de sédiment carbonaté voisin ou subcontemporain du sédiment dans lequel il a été remanié sur place (tiré du Dictionnaire des Sciences de la Terre
par Magdeleine Moureau, Gerald Brace
)

Karst / Karstique / Karstiques

Karst   : Plateau calcaire où se sont développées, par dissolution des carbonates sous l’action des eaux, des formes de relief spécifiques, des cavernes et des vides souterrains ou de surface ; nommé d’après la région de « Karst   » en Slovénie. Adj. karstique  (s)
[Dictionnaire des Sciences de la Terre. Par Magdeleine Moureau et Gerald Brace. Editions Technip]

Lacustre/Lacustres

Les sédiments se sont déposés à l’origine dans un lac.

Litage / Litages

Disposition en couches (lits) très minces (quelques centimètres à quelques décimètres). Concerne les formations sédimentaires, les roches strataifiées.

Loi

Règle écrite et générale votée selon la procédure législative par le parlement (assemblée nationale et sénat). La loi   peut être adoptée à l’initiative du parlement (on parle alors de « proposition » de loi  ) ou du gouvernement (« projet » de loi  ).
Source   : d’après Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse

Lumachelle / Lumachelles

Roche sédimentaire calcaire, souvent peu cimentée, formée essentiellement de coquilles, entières ou brisées, accumulées sur place. [Dictionnaire de géologie. A. Foucault et J.F. Raoult. Masson]

Ma

millions d’années

Masse d’eau

Portion de cours d’eau, canal, aquifère  , plan d’eau ou zone côtière homogène. Il s’agit d’un découpage élémentaire des milieux aquatiques destinée à être l’unité d’évaluation de la directive   cadre sur l’eau 2000/60/CE. Une masse d’eau de surface est une partie distincte et significative des eaux de surface, telles qu’un lac, un réservoir, une rivière, un fleuve ou un canal, une partie de rivière, de fleuve ou de canal, une eau de transition ou une portion d’eaux côtières. Pour les cours d’eau la délimitation des masses d’eau est basée principalement sur la taille du cours d’eau et la notion d’hydro-écorégion. Les masses d’eau sont regroupées en types homogènes qui servent de base à la définition de la notion de bon état. Une masse d’eau souterraine est un volume distinct d’eau souterraine à l’intérieur d’un ou de plusieurs aquifères  . On parle également, hors directive   cadre sur l’eau, de masse d’eau océanique pour désigner un volume d’eau marin présentant des caractéristiques spécifiques de température et de salinité.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Micrite / Micritique / Micritiques

Micrite   (contraction de l’anglais micro cristalline calcite) : boue de calcite impliquant une formation en eau très calme. adj. micritique  .

Nappe

Ensemble des eaux comprises dans la zone saturée d’un aquifère  . On parle de nappe   libre, ou nappe   à surface libre, quand l’aquifère   comporte une zone non saturée  , et une zone de fluctuations des niveaux d’eau. La nappe   est dite captive quand il n’y a pas de surface libre, la surface piézométrique   est supérieure au toit de l’aquifère  , à couverture moins perméable, qui la contient.

Nappe alluviale

Volume d’eau souterraine contenu dans des terrains alluviaux, en général libre et souvent en relation avec un cours d’eau.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Nappe captive

Volume d’eau souterraine généralement à une pression supérieure à la pression atmosphérique car isolée de la surface du sol par une formation géologique imperméable. Une nappe   peut présenter une partie libre et une partie captive. Les nappes   captives sont souvent profondes, voire très profondes (1000 m et plus).
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Nappe d’accompagnement

Nappe   d’eau souterraine voisine d’un cours d’eau dont les propriétés hydrauliques sont très liées à celles du cours d’eau. L’exploitation d’une telle nappe   induit une diminution du débit d’étiage du cours d’eau, soit parce que la nappe   apporte moins d’eau au cours d’eau, soit parce que le cours d’eau se met à alimenter la nappe  .
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Nappe libre

Volume d’eau souterraine dont la surface est libre, c’est-à-dire à la pression atmosphérique. La surface d’une nappe   libre fluctue donc sans contrainte. Ces nappes   sont souvent peu profondes.
Glossaire sur l’eau - 01-08-2016

Voir sur eaufrance
Nappe libre /Nappe captive

La nappe   est dite libre ou phréatique lorsque son niveau peut varier sans être bloqué par une couche imperméable. Dans le cas contraire, elle est dite captive (et artésienne lorsque son niveau est supérieur à celui du sol).

Nappe perchée

Volume d’eau souterraine, dans une cuvette imperméable, et en tout temps à une côte supérieure à celle de la surface d’un cours d’eau.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Nappe phréatique

Première nappe   rencontrée lors du creusement d’un puits. Nappe   généralement libre, c’est-à-dire dont la surface est à la pression atmosphérique. Elle peut également être en charge (sous pression) si les terrains de couverture sont peu perméables. Elle circule, lorsqu’elle est libre, dans un aquifère   comportant une zone non saturée   proche du niveau du sol.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Nappe souterraine

Ensemble de l’eau contenue dans une fraction perméable de la croûte terrestre totalement imbibée, conséquence de l’infiltration   de l’eau dans les moindres interstices du sous-sol et de son accumulation au-dessus d’une couche imperméable. Les nappes   d’eaux souterraines   ne forment de véritables rivières souterraines que dans les terrains karstiques  . Les eaux souterraines   correspondant aux eaux infiltrées dans le sol, circulant dans les roches perméables du sous-sol, forment des « réserves ». Différents types de nappes   sont distingués selon divers critères qui peuvent être : géologiques (nappes   alluviales - milieux poreux superficiels, nappes   en milieu fissuré - carbonaté ou éruptif, nappes   en milieu karstique   - carbonaté, nappes   en milieu poreux - grès, sables) ou hydrodynamiques (nappes   alluviales, nappes   libres, ou nappes   captives. Une même nappe   peut présenter une partie libre et une partie captive.
Glossaire sur l’eau - 01-08-2016

Voir sur eaufrance
Nappes

Ensemble des eaux comprises dans la zone saturée d’un aquifère  . On parle de nappe   libre, ou nappe   à surface libre, quand l’aquifère   comporte une zone non saturée  , et une zone de fluctuations des niveaux d’eau. La nappe   est dite captive quand il n’y a pas de surface libre, la surface piézométrique   est supérieure au toit de l’aquifère  , à couverture moins perméable, qui la contient.

Nitrates

Principaux aliments azotés des plantes, dont ils favorisent la croissance, ils jouent un rôle important comme engrais. Toutes les eaux naturelles contiennent normalement des nitrates   à des doses variant selon les saisons (de l’ordre de quelques milligrammes par litre). Dans de nombreuses eaux souterraines   et de surface, on observe aujourd’hui une augmentation de la concentration en nitrates   d’origine diffuse (entraînement des nitrates   provenant des engrais minéraux ou organiques non utilisés par les plantes) ou ponctuelle (rejets d’eaux usées domestiques, agricoles ou industrielles). L’enrichissement progressif des eaux en nitrates   peut conduire à compromettre leur utilisation pour la production d’eau potable et conduit, dans certains cas, à des développements importants d’algues. Ce phénomène d’eutrophisation est accentué par la présence de phosphore.
Glossaire sur l’eau - 01-08-2016

Voir sur eaufrance
Niveau piézométrique

Niveau atteint par l’eau en un point et à un instant donné dans un tube atteignant la nappe  . Le niveau piézomètrique peut être reporté sur une carte piézométrique  . Certains forages non exploités servent à mesurer ce niveau, ce sont des piézomètres. Ce niveau correspond à la pression de la nappe  , il est généralement indiqué en mètres NGF (Nivellement général de France). Quand ce niveau dépasse le niveau du sol, la nappe   est dite artésienne : l’eau est jaillissante. Les cartes piézométriques établies à partir de l’ensemble des données mesurées donnent une représentation graphique de la surface des nappes   d’eau souterraine et permettent de suivre leur évolution dans le temps et d’identifier leur sens d’écoulement.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Oolithe / Oolithes / Oolithique / Oolithiques

Les oolithes   sont de petites concrétions sphériques de la taille d’un œuf de poisson, formées de couches concentriques autour d’un noyau (nucléus).
Oolithique   : qui contient des oolithes  .
[Dictionnaire des Sciences de la Terre. Par Magdeleine Moureau et Gerald Brace. Editions Technip]

Ophite

Roche à grands cristaux de pyroxènes (minéraux essentiels des roches magmatiques et métamorphiques). Roche souvent altérée, prenant une belle teinte verte.

PLU

Document d’urbanisme communal créé par la loi   SRU du 13 décembre 2000, remplaçant le plan d’occupation des sols, le plan local d’urbanisme (PLU  ) fixe les règles de l’utilisation des sols. Il peut de plus contenir les projets d’urbanisme opérationnel tels que l’aménagement de quartiers existants ou nouveaux, d’espaces publics ou d’entrées de villes, etc. Les PLU   doivent être compatibles ou rendus compatibles, dans un délai de trois ans, avec les orientations fondamentales d’une gestion équilibrée de la ressource en eau et les objectifs de qualité et de quantité des eaux définis par les schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) ainsi qu’avec les objectifs de protection définis par les schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE).
Source   : d’après Ifremer

Paléoenvironnement / Paléoenvironnements

Ensemble des caractères physico-chimique et biologique des milieux du passé. [Dictionnaire de géologie. A. Foucault et J.F. Raoult. Masson]

Périmètre de protection

Limite de l’espace réservé réglementairement autour des captages utilisés pour l’alimentation en eau potable  , après avis d’un hydrogéologue agréé. Les activités artisanales, agricoles et industrielles, et les constructions y sont interdites ou réglementées afin de préserver la ressource en eau, en évitant des pollutions chroniques ou accidentelles. On peut distinguer réglementairement trois périmètres : le périmètre de protection   immédiate où les contraintes sont fortes (possibilités d’interdiction d’activités), le périmètre de protection   rapprochée où les activités sont restreintes, et le périmètre éloigné pour garantir la pérennité de la ressource.
Glossaire sur l’eau - 30-09-2016

Voir sur eaufrance
Perméabilité

Propriété d’un milieu solide poreux de se laisser traverser par l’eau.
Glossaire sur l’eau - 27-07-2016

Voir sur eaufrance
Perméabilité

Aptitude d’un milieu à se laisser traverser par un fluide. Ce paramètre s’exprime en m/s.

Piézomètre

Au sens strict, dispositif servant à mesurer la hauteur piézométrique   en un point donné d’un système aquifère  , qui indique la pression en ce point, en permettant l’observation ou l’enregistrement d’un niveau d’eau libre ou d’une pression. Le concept de piézomètre   a été étendu à l’ensemble des ouvrages artificiels (puits, forages, gravières,….) ou naturels (avens, grottes,…) qui permettent l’accès aux eaux souterraines  . On parle alors plutôt de forage non exploité qui permet la mesure du niveau de l’eau souterraine en un point donné de la nappe  . Ce niveau qui varie avec l’exploitation nous renseigne sur la capacité de production de l’aquifère  .
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Piézométrie

Hauteur du niveau d’eau dans le sol.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Piézométrique

Le niveau piézométrique   est l’altitude ou la profondeur (par rapport à la surface du sol) de l’interface entre la zone saturée et la zone non saturée   dans une formation aquifère   (synonyme : surface piézométrique  ).

Point d’eau

Accès naturel (source  ) ou artificiel (forage, drain, puits…) aux eaux souterraines  . Chaque point d’eau est doté d’un code national (code BSS  ) et est localisé par ses coordonnées géographiques dans le cadre d’un système de projection. Il est également défini par les informations complémentaires suivantes : un nom ou un libellé, une altitude, une adresse (lieu-dit), une carte de localisation.
Glossaire sur l’eau - 27-07-2016

Voir sur eaufrance
Porosité
Porosité matricielle, d’interstice, intergranulaire

Porosité   : propriété d’un milieu à comporter des vides, interconnectés ou non, exprimée quantitativement par le rapport du volume des vides rapporté au volume total de la roche (%). En milieu saturé, on distingue la porosité   dite efficace, qui caractérise la teneur en eau mobilisable, gravitaire, et la porosité   totale, toute l’eau contenue.

Porosité   matricielle : porosité   due à l’existence de pores, d’interstices généralement connectés. Porosité   d’un milieu poreux par opposition à la fissuration.

Prélèvement

Au sens strict, prise d’un échantillon en vue d’une analyse ou d’un essai. Plus généralement, les prélèvements d’eau regroupent l’ensemble des prélèvements liés aux activités générées par l’agriculture, l’industrie (y compris de l’énergie), l’alimentation en eau potable  , ou autre (source   d’eau minérale autorisée, production de neige artificielle). Dans ce cas, les prélèvements sont regroupés en 3 sous-types correspondants au milieu affecté : prélèvements en eau de surface, prélèvements en eau souterraine, prélèvements en eau de mer. Source   : d’après Onema et OIEau

Prélèvement d’eau

Extraction d’eau d’une source   souterraine ou de surface, de manière permanente ou temporaire, et transportée à son lieu d’usage. Les prélèvements d’eau regroupent l’ensemble des prélèvements liés aux activités générées par l’agriculture, l’industrie (y compris de l’énergie), l’alimentation en eau potable  , ou autre (source   d’eau minérale autorisée, production de neige artificielle, etc.).
Glossaire sur l’eau - 22-07-2016

Voir sur eaufrance
Progradation / Progradante / Progradantes

Progression du rivage vers le large résultant de l’apport de sédiments par les fleuves côtiers. adj. progradante  .

[Dictionnaire des Sciences de la Terre. Par Magdeleine Moureau,Gerald Brace]

Protection de nappe

Ensemble de réglementations et de dispositions prises pour protéger les ressources en eau souterraine.
Glossaire sur l’eau - 11-08-2016

Voir sur eaufrance
Qualitomètre

Station de mesure de la qualité des eaux souterraines   en un point d’eau où l’on effectue des prélèvements en vue d’analyses physicochimiques, bactériologiques…, pour déterminer la qualité de l’eau qui en est issue.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Rabattement de nappe

Abaissement en un point du niveau piézométrique   sous l’effet d’un prélèvement   d’eau dans la nappe  , de l’abaissement d’une ligne d’eau d’un cours d’eau en relation avec la nappe   ou sous l’effet de travaux de terrassement, etc.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Recharge

Volume total d’eau extérieure ajouté à la zone de saturation d’une nappe   aquifère  .
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Réducteur

pauvre en oxygène

Régression

Recul de la mer laissant alors émergées les terres qu’elle recouvrait ; s’oppose à transgression  .

Rejet en sous-sol

Déversement d’effluents ou de polluants sur le sol ou infiltration   dans les sous-sols.
Glossaire sur l’eau - 11-08-2016

Voir sur eaufrance
Relation nappe rivière

Echange d’eau dans un sens ou dans l’autre entre une nappe   et un cours d’eau. Suivant le niveau de la ligne d’eau, et les saisons, la nappe   alimente le cours d’eau ou est alimentée par celui-ci notamment lors des inondations. Dans le cas de karst   ces relations sont importantes et localisées.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Remontée de nappe

Mouvement ascendant du niveau de la nappe   ou de la surface piézométrique   dû à une réalimentation faisant suite à une période d’épuisement.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Réseau hydrographique

Ensemble des milieux aquatiques (plans d’eau, cours d’eau, eaux souterraines  , zones humides, etc.) présents sur un territoire donné, le terme de réseau évoquant explicitement les liens physiques et fonctionnels entre ces milieux.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Ressource disponible d’eau souterraine

Taux moyen annuel à long terme de la recharge   totale de la masse d’eau souterraine auquel est soustrait le taux annuel à long terme de l’écoulement requis pour atteindre les objectifs de qualité écologique des eaux de surface associées fixés à l’article 4, afin d’éviter toute diminution significative de l’état écologique de ces eaux et d’éviter toute dégradation significative des écosystèmes terrestres associés.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Restauration de nappe

Intervention corrective visant à améliorer la qualité des eaux d’une nappe   souterraine.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Résurgence

Réapparition à l’air libre, sous forme de source  , d’eaux infiltrées dans un massif calcaire.
Glossaire sur l’eau - 22-07-2016

Voir sur eaufrance
Rivière phréatique

Cours d’eau dont le débit provient majoritairement de la nappe   phréatique qu’il draine.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Rivière souterraine

Cours d’eau passant à travers une très grande cavité (par exemple une grotte ou une caverne) ou un ensemble de grandes cavités communicantes.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Rudistes

Groupe de Bivalves fixés et récifaux, à coquilles épaisse, vivant dans les mers chaudes du Jurassique et du Crétacé. [Dictionnaire de géologie. A. Foucault et J.F. Raoult. Masson]

SCOT

Institué par la loi   2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU), le schéma de cohérence territoriale (SCOT  ) est l’outil de conception et de mise en œuvre d’une planification intercommunale. Il est destiné à servir de cadre de référence pour les différentes politiques notamment sur l’habitat, les déplacements, le développement commercial, l’environnement, l’organisation de l’espace. Il en assure la cohérence tout comme il assure la cohérence des autres documents d’urbanisme (PLU  , cartes communales, etc.). Les SCOT   doivent être compatibles ou rendus compatibles, dans un délai de trois ans, avec les orientations fondamentales d’une gestion équilibrée de la ressource en eau et les objectifs de qualité et de quantité des eaux définis par les schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) ainsi qu’avec les objectifs de protection définis par les schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE).
Source   : d’après Ministère chargé de l’environnement

SDC/Schéma départemental des carrières/schémas départementaux de carrières/schémas départementaux des carrières

Document qui définit les conditions générales d’implantation des carrières dans les départements. Instauré par la loi   du 4 janvier 1993, il est établi par la commission départementale des carrières et fait l’objet d’un arrêté préfectoral. Le Schéma départemental des carrières   (SDC  ) prend en compte « l’intérêt économique national, les ressources les besoins en matériaux du département et des départements voisins, la protection des paysages, des sites et des milieux naturels sensibles, la nécessité d’une gestion équilibrée de l’espace, tout en favorisant une utilisation économe des matières premières ». Le SDC   doit être compatible ou rendu compatible, dans un délai de trois ans, avec les dispositions du schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) et du schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE), s’il existe.
Source   : d’après Ministère chargé de l’écologie

Schéma d’aménagement et de gestion des eaux

Institué pour un sous-bassin  , un groupement de sous-bassins correspondant à une unité hydrographique cohérente ou un système aquifère  , le schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) fixe les objectifs généraux et les dispositions permettant de satisfaire au principe de gestion équilibrée et durable de la ressource en eau   ainsi que de préservation des milieux aquatiques et de protection du patrimoine piscicole. Il doit être compatible avec le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), ou rendu compatible dans un délai de trois ans suivant la mise à jour du SDAGE. Il est établi par une commission locale de l’eau (CLE) et est approuvé par le préfet. Le SAGE comporte un plan d’aménagement et de gestion durable ; de la ressource en eau et des milieux aquatiques (PAGD - avec lequel les décisions administratives dans le domaine de l’eau doivent être compatibles ou rendues compatibles) ainsi qu’un règlement (opposable, comme ses documents cartographiques associés, à toute personne publique ou privée pour l’exécution de toute installation, ouvrage, travaux ou activité mentionnés à l’article L. 214-2 du code de l’environnement). Les schémas de cohérence territoriale (SCOT  ), les plans locaux d’urbanisme (PLU  ) et les cartes communales doivent être compatibles, ou rendus compatibles dans un délai de trois ans, avec les objectifs de protection définis par le SAGE.
Glossaire sur l’eau - 30-09-2016

Voir sur eaufrance
Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux

Document de planification de la gestion de l’eau établi pour chaque bassin   ou groupement de bassins, qui fixe les orientations fondamentales permettant de satisfaire à une gestion équilibrée et durable de la ressource en eau  , détermine les objectifs assignés aux masses d’eau et prévoit les dispositions nécessaires pour atteindre les objectifs environnementaux, pour prévenir la détérioration de l’état des eaux et pour décliner les orientations fondamentales. Les SDAGE, approuvés pour la première fois en 1996 en application de la loi   sur l’eau de 1992, ont été mis à jour fin 2009 pour répondre aux exigences de la directive   cadre sur l’eau (DCE). Ils incluent désormais les plans de gestion prévus par cette directive  . Le SDAGE est élaboré et adopté par le comité de bassin  , et approuvé par le préfet coordonnateur de bassin  . Le secrétariat technique de bassin   constitue l’instance technique en charge de rédiger les éléments constitutifs du SDAGE. Il est établi pour la durée d’un cycle de gestion de six ans (2010-2015, 2016-2021, 2022-2027…) et est accompagné d’un programme de mesures qui identifie les mesures clefs permettant d’atteindre les objectifs définis. Les programmes et les décisions administratives dans le domaine de l’eau ainsi que les schémas départementaux de carrières   (SDC  ) doivent être compatibles, ou rendus compatibles, avec les dispositions du SDAGE. Les schémas de cohérence territoriale (SCOT  ), les plans locaux d’urbanisme (PLU  ) et les cartes communales doivent être compatibles, ou rendus compatibles dans un délai de trois ans, avec les orientations fondamentales et les objectifs de qualité et de quantité définis par le SDAGE.
Glossaire sur l’eau - 13-02-2017

Voir sur eaufrance
Site pollué

Site dont le sol ou le sous-sol ou les eaux souterraines   ont été pollués par d’anciens dépôts de déchets ou l’infiltration   de substances polluantes, cette pollution étant susceptible de provoquer une nuisance ou un risque pérenne pour les personnes ou l’environnement. Ces pollutions sont souvent dues à d’anciennes pratiques sommaires d’élimination des déchets, mais aussi à des fuites ou des épandages fortuits ou accidentels de produits chimiques.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Source

Eau qui sort naturellement de terre, ou par métonymie le point où cette eau jaillit. La source   est souvent l’origine d’un cours d’eau, mais des sources peuvent alimenter des mares ou des lacs ou s’écouler directement en mer, ou produire une eau qui disparaît à nouveau dans le sol.
Glossaire sur l’eau - 27-07-2016

Voir sur eaufrance
Spicule/Spicules

Bâtonnets siliceux ou calcaires, de formes variées, qui constituent le squelettes de certains invertébrés [Dictionnaire des Sciences de la Terre. Par Magdeleine Moureau et Gerald Brace. Editions Technip].

Surrection

Soulèvement progressif, pendant un assez longue période, des terrain d’une certaine zone. Si la vitesse de soulèvement est supérieure à la vitesse de l’érosion, il y a création de reliefs. Sinon on a simplement apparition à l’affleurement   de terrains de plus en plus profonds. (ant. subsidence) [Dictionnaire de géologie. A. Foucault et J.F. Raoult. Masson]

Synclinal

Se dit d’un pli concave vers le haut dont le cœur est formé des couches les plus récentes.

Système aquifère

Ensemble de terrains aquifères   constituant une unité hydrogéologique. Ses caractères hydrodynamiques lui confèrent une quasi-indépendance hydraulique (non-propagation d’effets en dehors de ses limites). Il constitue donc à ce titre une entité pour la gestion de l’eau souterraine qu’il renferme.
Glossaire sur l’eau - 01-08-2016

Voir sur eaufrance
Talweg/Talwegs

Ligne joignant les points les plus bas d’une vallée, elle est généralement occupée par un cours d’eau, ou un glacier. [Dictionnaire des Sciences de la Terre. Par Magdeleine Moureau et Gerald Brace. Editions Technip]

Transgression

Avancée de la mer sur une terre jusqu’alors émergée ; s’oppose à régression  .

Turbidité / Turbidite / Turbidites

Courant de turbidité   : masse d’eau chargée de matériaux détritiques   en suspension et qui, en raison de sa faible densité, s’écoule par gravité sur les pentes marines et lacustres  . En arrivant sur le fond, sa vitesse diminue et les éléments en suspension s’y déposent en formant des turbidites  .
[Dictionnaire des Sciences de la Terre. Par Magdeleine Moureau et Gerald Brace. Editions Technip]

Vulnérabilité de nappe

Risque d’infiltration   de polluants issus de la surface, à travers le sol et la zone non-saturée. La vulnérabilité des nappes   est intrinsèque : elle dépend du contexte topographique (pente du terrain), pédologique (perméabilité  ), géologique (perméabilité  , épaisseur). Une nappe   captive, recouverte par une formation peu perméable (souvent des argiles) est peu vulnérable en comparaison d’une nappe   libre.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Zone d’alimentation

Zone depuis laquelle l’eau de pluie s’écoule vers un cours d’eau, un plan d’eau ou un réservoir.
Glossaire sur l’eau - 12-04-2016

Voir sur eaufrance
Zone de protection des aires d’alimentation de captages

Surface sur laquelle l’eau qui s’infiltre ou ruisselle alimente une ressource en eau actuellement utilisée pour l’alimentation en eau potable   ou susceptible de l’être dans le futur, dont la protection représente un enjeu important, et où les modes de gestion du sol sont importants pour atteindre les objectifs de qualité fixés par le Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE).
Glossaire sur l’eau - 27-07-2016

Voir sur eaufrance
Zone non saturée

Zone du sous-sol non complètement saturée en eau (coexistence de l’eau et de l’air dans les interstices de la roche) au-dessus de la surface d’une nappe   libre et où les écoulements se font de manière verticale.
Glossaire sur l’eau - 01-08-2016

Voir sur eaufrance

Revenir en haut