Y’a de la vie dans les eaux souterraines du Poitou-Charentes !

La Gallaselle est un petit crustacé de 4 à 5 mm, spécifique des eaux souterraines   du grand centre-ouest de la France, classée « vulnérable » sur la Liste rouge nationale des espèces menacées (UICN-MNHN, 2012).
En 2012, l’ex DREAL Poitou-Charentes avait missionné l’association Poitou-Charentes Nature pour réfléchir à un plan de protection et de sauvegarde de cet animal. Pour ce faire, l’association avait lancé un programme d’études visant à mieux connaître sa répartition, ses habitats, et les menaces potentielles qui pèsent sur l’espèce, afin d’envisager la mise en place de mesures de protection adaptées et concrètes.
La phase opérationnelle s’est réalisée de juillet 2013 à décembre 2015, avec des collectes de terrain effectuées sur l’ensemble du Poitou-Charentes, et des analyses plus poussées en laboratoire.
Ce programme a été soutenu financièrement par la fondation LISEA Biodiversité, l’Agence de l’eau Adour-Garonne et par l’ex Région Poitou-Charentes.

Le projet s’intéressait initialement à la Gallaselle mais toutes les autres espèces aquatiques souterraines collectées (= stygofaune) ont été systématiquement inventoriées durant cette étude. L’échantillonnage s’est effectué sur 129 sites à l’échelle de l’ex-région du Poitou-Charentes, couvrant ainsi les 4 départements (Vienne, Deux-Sèvres, Charente et Charente-Maritime), et les 4 grands types d’aquifères   présents en région (karstique  , fissuré, sableux/alluvionnaire et de socle), permettant ainsi de dresser un premier inventaire régional de cette faune méconnue.

Sommaire de l’article :

Carte des sites prospectés et des sites à Gallaselles (point vert) (source rapport d’études Poitou-Charentes Nature 2016)

La Gallaselle

La Gallaselle, espèce au cœur de ce projet, a été retrouvée sur 22 nouveaux sites, portant à 31 le nombre total de sites à gallaselles connus sur l’ensemble du grand Centre-Ouest. Son aire de répartition s’est considérablement étendue au nord, jusqu’au Marais poitevin, et au sud, jusque dans le grand bassin   versant de la Garonne.

Photographies de spécimen de gallaselles en élevage, au laboratoire de biologie animale de l’université de Poitiers (rapport d’études Poitou-Charentes Nature 2016, crédits : M. Delangle, 2014, univ. Poitiers - VN)

Il apparaît que l’habitat préférentiel des gallaselles correspond aux aquifères   karstiques   et fissurés constitués par les roches de l’ère Secondaire (-251 à -65 millions d’années). Ces roches calcaires sont poreuses et perméables aux pollutions de surface (par infiltration   au travers les couches du sol ou par contamination directe depuis les puits ou forages, etc…) et un grand nombre de sites présentait des concentrations élevées en nitrates   (égales ou supérieures au seuil de potabilité défini par l’OMS de 50 mg/L), mais les gallaselles semblent cependant s’en accommoder.

Inventaire de la faune associée

Par ailleurs, les analyses en laboratoire menées en parallèle semblent attester de l’existence non pas d’une espèce, mais de plusieurs espèces de gallaselles…

L’inventaire de la stygofaune associée a permis d’identifier a minima 30 espèces et sous-espèces (pour la moitié des crustacés, mais aussi des mollusques, des annélides et des arachnides), pour la plupart inconnues jusque-là dans la région, et dont certaines sont possiblement des espèces nouvelles pour la Science.

Résumé photographique de la faune répertoriée durant l’inventaire régional (rapport d’études Poitou-Charentes Nature, 2016, crédits : F. Lefebvre, 2014, VN-PCN)

Sites proposés à la protection

Au terme de cette étude, en prenant en compte la biodiversité spécifique inventoriée (gallaselles et autres espèces remarquables) ainsi que les possibilités en termes de communication/sensibilisation, 4 sites ont été proposés à protection, à raison d’un site par département :
• La rivière souterraine   de Bataillé (affluent de la Somptueuse, bassin   de la Boutonne, 79)
• Le bassin   versant du ruisseau du Roi (affluent de la Boutonne, bassin   de la Charente, 17)
• Le bassin   versant du ruisseau des Dames (affluent du Clain, bassin   de la Vienne, 86)
• L’ensemble fontaine et aqueducs souterrains de Tusson (bassin   de la La Charente, 16)

Bilan, en quelques chiffres :

→ 129 sites prospectés
→ 22 nouveaux sites à gallaselles
→ 228 spécimens de gallaselles collectés
→ 30 espèces et sous-espèces identifiées au total
→ Plus de 2500 données d’observations recueillies sur toute la durée du projet
→ 4 sites particulièrement riches et diversifiés (« hotspots » de biodiversité) proposés à protection

Rapport final de l’étude Poitou-Charentes Nature (2016) : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01350900

Revenir en haut

Stygofaune